En tant qu’entrepreneurs, nous avons tous des concurrents, et le souhait de s’en démarquer. Quand on débute, on a besoin de se faire connaître et de s’affirmer comme « différent » de ses homologues. Si l’on est en place depuis longtemps, on cherche à ne pas se faire oublier du public ni dépasser par les nouveaux arrivants. Alors comment faire de la publicité pour son entreprise et se distinguer de la concurrence ?

Vous êtes unique.

L’activité de votre entreprise ne l’est sans doute pas, mais vous oui. Que vous soyez un coiffeur, une coach sportive, ou un dentiste, vous faites le même métier que beaucoup de gens, mais vous le faites différemment, parce que c’est vous, et qu’il n’y en a pas deux comme vous, d’ailleurs il n’y aura plus jamais sur Terre le(a) même que vous. JAMAIS. Pensez-y !

Si je vous dis ça, c’est parce que la première chose à faire pour se distinguer de ses concurrents, c’est d’être soi-même. On peut être tenté d’imiter, voire de copier ceux que l’on juge comme ayant plus de succès que nous, mais c’est le piège dans lequel il ne faut pas tomber, parce que ses conséquences seront l’exact opposé de l’effet souhaité.

En étant toi-même, tu as mis quelque chose de merveilleux dans le monde qui n’existait pas auparavant. – Edwin Elliot

Lorsque l’on copie quelqu’un, personne n’est dupe. Le public s’en rend bien compte, et au lieu de devenir cet autre, on devient son ombre pâle et pathétique. Et ça, on ne veut pas.

C’est pourquoi dans chaque message que vous diffusez publiquement, que ce soit sur les réseaux sociaux, dans la presse, à la radio, sur des panneaux géants, vous devez mettre un peu de vous-même. On ne parle pas ici de raconter sa vie, mais d’utiliser tout ce qui fait que vous êtes vous. Y compris (je dirais même : surtout) vos faiblesses. Transformez-les en forces, en rappelant ainsi au monde que vous êtes humains. Et donc accessible. Ça rend tout de suite plus sympathique 😉

Mettez dans votre marque tout ce qui vous caractérise : votre personnalité, vos tocs, vos bizarreries, vos habitudes, vos histoires, vos valeurs.

Et si vous avez du mal à vous définir, voici quelques pistes pour vous aider :

  • Demandez autour de vous quelles sont vos 3 principales qualités ;
  • Faites une liste de 10 choses que vous aimez, qui vous passionnent, même si elles vous semblent « bizarres » ;
  • Faites le test de personnalité Gallup ;
  • Trouvez au moins 5 histoires marquantes dans votre vie, qui expliquent pourquoi vous en êtes là où ou vous en êtes aujourd’hui. « Les faits racontent, les histoires vendent » : personne sur la planète n’a vécu les mêmes choses que vous, donc personne ne peut copier vos histoires.

Connaissez votre audience.

Qui a besoin d’un flyer de plus sur le pare-brise de sa voiture ? Nous sommes continuellement harcelés d’images et y prêtons donc forcément de moins en moins attention. Sortir du lot est donc devenu plus ardu, malgré la multiplication des canaux de communication.

Un flyer A5 sur papier glacé 130g, avec plein de texte dessus, soyons réalistes, ça n’a quasiment pas d’impact. On en a trop vu, et ils sont souvent bien trop remplis de toute façon pour que quoique ce soit de notable en sorte (je vous parlerai de la peur du vide très bientôt).

De plus, au-delà du support en lui-même, son mode de diffusion laisse à désirer : aucun ciblage n’est jamais fait, puisqu’il semblerait que tout possesseur de véhicule soit une cible potentielle pour la majorité des entreprises. Pourtant, ce n’est pas un critère réaliste. Et pour qu’une action de communication soit efficace, il faut commencer par réaliser un bon ciblage.

Savez-vous qui achète ou est susceptible d’acheter vos produits ou services ? Si la réponse est non, arrêtez tout, et penchez-vous sur le sujet tout de suite !

La plus grosse erreur que l’on puisse faire lorsque l’on communique, c’est de vouloir parler à tout le monde. Aucun produit sur Terre n’est adapté ou ne plaira à tout le monde. Aucun !

En essayant d’adapter votre discours à toute la population, vous réduisez fortement vos chances de toucher les personnes qui vous intéressent. Celles-ci ne se reconnaissent pas dans vos mots, puisque vous ne les avez pas écrits pour elles. En délivrant des messages « universels », on tombe à coup sûr dans le « moyen », le « bof », le « tiède », bref, l’ennuyeux. Qui veut être ennuyeux ? Et surtout, qui est attiré par du moyen tiède ? Voilà. Personne.

Image très réaliste d’un chat qui voit un message publicitaire adressé à « tout le monde ».

Votre mission est donc de définir clairement à qui vous voulez vendre vos services ou vos produits. Créez un personnage en choisissant si c’est un homme ou une femme, en lui donnant un prénom, et en décidant de son âge, de la couleur de ses yeux, de ses cheveux, son statut matrimonial, s’il/elle a des enfants, si oui de quel âge, où il/elle vit, ses revenus annuels, son métier, ses livres, films, magazine, chansons préférés, ce qu’il/elle fait de son temps libre, qui sont ses idoles, etc.

Une fois conçu cet avatar de votre client idéal, tâchez de toujours l’avoir en tête lorsque vous communiquez au sujet de votre entreprise, et imaginez que c’est à lui et à lui seul que vous parlez.

Non, cela ne vous fermera aucune porte : au lieu d’envoyer un message dilué et tiède à tout le monde, et qui ne sera réellement reçu par personne, vous toucherez profondément les personnes susceptibles d’êtres intéressées par vos produits ou services.

Les supports de communication

Les imprimeurs, qui, eux aussi, doivent se démarquer de la concurrence, font de gros efforts pour produire de nouveaux articles qui vous aideront à affirmer votre différence.

Je vous livre ici quelques idées, dans une liste non exhaustive et qui s’étoffera avec le temps, au fur et à mesure des innovations technologiques.

La classique carte de visite… revisitée

Si vous aimez la pâtisserie, vous avez peut-être suivi l’émission de Cyril Lignac, « Le meilleur pâtissier », dans laquelle il était souvent demandé aux candidats de « revisiter » une recette classique. C’est une façon de sortir du cadre, en proposant un produit classique, voire nécessaire, mais exécuté de façon différente, afin de surprendre et de capter l’attention. Et donc, de se démarquer de ses concurrents.

En 2016, une cliente organisatrice de voyages m’a confié la création de son logo, de son site Internet et de ses cartes de visite. J’ai donc conçu ces dernières comme des étiquettes de valise, un peu à l’ancienne car ma cliente propose des séjours pendant lesquels on prend le temps d’explorer.

Publicité sur lieu de vente

Si vous vendez des produits, pourquoi ne pas faire de la publicité sur lieu de vente (PLV) ?

En vous affichant chez vos détaillants, vous augmentez vos chances d’être connu et choisi par les clients de passage, comme les habitués.

Par exemple, j’ai créé en 2014 une toile décorative pour le whisky P&M, dont je venais de refaire l’étiquette. Les propriétaires du Domaine Mavela voulaient offrir un objet décoratif au bar bastiais le « Flying Circus », qui propose le fameux whisky corse à ses clients. Le résultat ? Une toile pop qui s’accorde à l’esprit et à la décoration existante du bar, ce qui pousse ses gérants à l’accrocher au mur et ainsi promouvoir le P&M :

Attention : il s’agit bien ici de proposer un graphisme que votre client aura envie d’afficher, de créer une vraie « œuvre » autour de votre produit, qui soit aussi en adéquation avec l’esprit et le style du lieu de vente dans lequel vous souhaitez qu’il soit présent.

Dans le même esprit, on peut penser aux sous-bocks, aux coussins, aux tabourets en carton…

L’habillage de véhicule

Vous avez l’impression de passer votre vie dans votre voiture, allant à la rencontre de clients et de prospects ? Profitez-en pour faire voyager l’image de votre entreprise.

Mais attention à la conception de votre habillage : gardez à l’esprit que, sauf quand vous serez garé, on ne vous verra que quelques secondes.

Il faut donc :

  1. Être lisible de loin
  2. Marquer les esprits

Pas d’autocollant de la taille d’une feuille d’imprimante sortie tout droit de Word, avec le nom de votre entreprise écrit en pattes de mouche.

Pensez plus grand, littéralement, comme sur cet exemple qui réunit bien nos 2 critères précités :

habillage véhicule publicitaire

Tout est dans le graphisme

On peut tout à fait sortir du lot avec un support classique. Le visuel sera alors l’atout majeur de votre communication.

Pour marquer les esprits, « less is more », tout simplement parce que face à la quantité monstrueuse d’informations que l’on doit avaler et digérer chaque jour, un visuel qui nous donne de l’air, on s’y attarde !

Par exemple, ces deux affiches mettant en scène un produit de façon élégante, sobre et reposante :

Le diable est dans les détails

Petits détails, grands effets : on peut rendre original et marquant un support de communication a priori banal. Pour cela, pensez aux différents sens qui sont stimulés lorsqu’une personne réceptionne ce support.

Par exemple, une simple carte de visite peut surprendre la personne à qui vous la donnez car entre ses doigts, elle sent un relief auquel elle ne s’attendait pas.

Le gaufrage est une technique qui permet de mettre en avant certains éléments d’une composition imprimée. C’est ce que j’ai choisi pour mon logo sur ma carte de visite :

carte de visite gaufrage

Il existe même des pinces à sec, qui permettent d’appliquer un gaufrage sur n’importe quelle feuille. L’occasion d’ajouter une touche d’originalité à tous les documents papier que vous envoyez, et ainsi sortir encore un peu plus du lot en utilisant le sens du toucher, auquel vos concurrents n’ont peut-être pas pensé…

Connaissez-vous d'autres façons de vous distinguer de la concurrence ?

N’hésitez pas à partager vos idées dans les commentaires !

Photo de haut de page : Cristina Gottardi

Prêts à sortir du lot ?

Contactez-moi !