J’aime beaucoup les « to-do lists », ces listes de choses à faire. Mais aujourd’hui je vous propose une « don’t do it list », la liste des erreurs que commettent les nouveaux chefs d’entreprise. Si vous vous apercevez que vous en êtes coupable, arrêtez tout !

1. Vouloir tout faire soi-même

Personne n’est omnipotent, ni omniscient. Même si vous êtes doué dans beaucoup de domaines, on ne peut pas voir le recul nécessaire pour tout gérer tout le temps. Cela ne mène qu’au burn-out et au dégoût de l’entreprenariat. De plus, se sentir aidé, épaulé, est quelque chose dont on a tous besoin sur le long terme.

 

2. Ne pas prendre de temps pour soi

« Qui veut voyager loin ménage sa monture ». On le sait mais on a tendance à croire que ce n’est valable que pour les autres. Or, nous sommes les autres 😉 La santé, tant qu’on l’a, on la néglige. N’attendez pas d’être malade ou blessé pour prendre soin de vous, cela vous coûterait au final bien plus cher (et je ne parle pas que d’argent). Trouvez du temps pour pratiquer une activité sportive régulièrement, mangez correctement, dormez autant que vous en avez besoin, et passez du temps avec les gens que vous aimez. Et je ne saurais que trop vous conseiller de faire des câlins à des chats ou encore de prendre un bain de chiots…

3. Compter ses heures au lieu de son plaisir

Comment mesurez-vous votre succès ? À l’argent accumulé à la banque ? Imaginez-vous sur votre lit de mort (oui je sais, on n’aime pas penser à ça), comment jugerez-vous votre réussite ? Sur des critères financiers ou par le plaisir que votre entreprise vous aura procuré ? Mesurez votre succès à l’aune de votre joie.

 

4. Les économies de bouts de chandelle

Vous avez remarqué ? Souvent, quand on veut économiser de l’argent sur de petites choses, on finit par en dépenser encore plus que si on avait choisi la solution payante en premier lieu. Sans parler du temps perdu et de l’énergie gâchée à faire quelque chose que l’on n’aime pas ou ne sait pas faire. Par exemple, en tant que graphiste dans la communication, je vois souvent arriver des clients qui ont « essayé » de faire leur pub eux-mêmes, qui ont passé des jours et des nuits à essayer de résoudre un problème technique que j’aurais pu leur épargner en quelques heures, voire minutes. Pensez à votre « taux horaire », ce que vous coûte votre temps, et faites le calcul, après des jours de galère… quand un professionnel aurait pu libérer votre temps et votre joie de vivre 🙂

 

5. Ne pas s’écouter

Saviez-vous que nos intestins abritent autant de neurones que notre cerveau ? On a souvent l’impression de ressentir des choses dans notre ventre, et ce n’est pas pour rien. C’est aussi souvent dans cette partie de notre corps que l’on ressent le stresse, l’angoisse. On parle de « ventre noué ». Notre ventre influence nos émotions, comme expliqué dans cet article. Et le plus souvent, notre intuition nous indique quel chemin suivre. Il faut vous faire confiance et écouter cette petite voix ! C’est votre boussole, elle sait parfaitement ce qui est bon ou pas pour vous.

 

6. Voir ses concurrents comme des ennemis

Certes, vous vendez les mêmes produits ou services, certes votre cible est – a priori – la même. Pourtant, vos concurrents ne sont vos ennemis que si vous le décidez. Vous avez le choix de les voir comme un atout :

  • Ils ont probablement commis des erreurs à leurs débuts, tâchez de découvrir lesquelles afin de ne pas les faire vous-même ;
  • La compétition nous pousse à nous dépasser, à proposer toujours plus de nouveautés à nos clients ;
  • Ils peuvent même devenir des partenaires, si vous décidez de les voir comme tels.

Bien sûr, lorsque l’on débute, on a besoin de sortir du lot. La première chose à faire pour se distinguer de ses concurrents, c’est d’être soi-même. Je vous explique en détaildans cet article comment faire de la publicité pour son entreprise en se distinguant de ses concurrents.

 

7. Sous-estimer l’importance de son réseau

Le « networking » est un terme à la mode, mais c’est surtout une pratique à mettre en place dès le début de son activité. En vous créant des relations, votre activité se développera plus rapidement que si vous restez seul(e) dans votre coin. Pour cela, pensez à intégrer des espaces de coworking (même si c’est seulement un ou deux jours par semaine) ou encore à vous rendre à des formations ou rencontres organisées par les organismes consulaires comme les CCI. Bien sûr, il s’agit de créer des relations saines, honnêtes et de partage avec les entrepreneurs qui sont, comme vous, à la recherche d’un réseau professionnel et de notoriété. Intéressez-vous réellement aux personnes que vous rencontrez, ne cherchez pas à vendre votre produit ou service à tout prix, cela vous desservirait.

 

8. Ne pas impliquer / former ses employés

Avoir des employés est sans doute l’un des aspects les plus délicats de l’entreprenariat. Vous vivez pour votre entreprise, dans votre tête cela ne s’arrête jamais, impossible de laisser totalement les dossiers au bureau et de tout oublier une fois la porte claquée. Mais pour vos employés, ce n’est évidemment pas la même chose. De nos jours, les salariés sont encore plus intéressés par le plaisir qu’ils prennent à faire leur travail que par le salaire qu’il leur rapporte. Pour les motiver, vous pouvez organiser des séminaires d’entreprise, afin de resserrer les liens entre employés, mais aussi avec vous. Pensez aussi à la formation continue : c’est toujours valorisant de développer ses compétences et de pouvoir apporter de nouvelles aptitudes à l’entreprise dans laquelle on passe, quand même, 1/2 de sa vie ! De plus, vous pourrez ainsi les faire évoluer et leur faire passer l’envie de vous quitter…

Pour les formations en graphisme / communication que je propose, vous trouverez plus d’informations sur cette page.

 

9. Avoir peur de se faire piquer ses idées si on les dévoile

L’imitation est la plus sincère des flatteries ! Si vous parlez d’un projet, que ce soit en privé ou sur les réseaux sociaux, et que quelque temps plus tard, vous voyez qu’un concurrent s’en est emparé et le fait sien, vous serez énervé(e), oui, sans doute. Mais ce sera au moins la preuve que c’était une bonne idée, et cela peut même vous servir, en laissant cet indélicat personnage se planter à votre place, vous permettant ainsi d’ajuster votre idée avant de vous lancer.

Mais surtout, il y a finalement peu de chances que cela se produise. En fait, c’est même souvent le contraire qui arrive : si vous faites part de vos projets à des personnes de confiance, ou même au grand public, les retours que vous aurez pourront vous aider à affiner votre idée et la rendre plus performante. C’est la puissance du « cerveau collectif », ainsi que l’appelait Napoleon Hill (je vous recommande d’ailleurs la lecture de son livre « Réfléchissez et devenez riche »).

 

10. Ne faire ça que pour l’argent

Le but de votre entreprise est de gagner de l’argent ? C’est tout ? Vous allez vous planter. Ce n’est pas, ça n’a jamais été, et ça ne sera jamais une motivation suffisante pour vous faire sortir de votre lit le matin. On crée une entreprise pour résoudre le(s) problème(s) d’autres personnes. Ou pour aider une cause à laquelle on tient. Si vous ne savez pas quel est votre « pourquoi » ou si vous pensez que seul l’argent peut vous motiver, je vous invite à visionner cette conférence TED de Simon Sinek (en anglais). Les gens n’achètent pas ce que vous vendez, ils achètent le « pourquoi » vous le vendez.

 

11. Penser que son produit/service s’adresse potentiellement à tout le monde

Tout le monde n’existe pas. Comme le Père Noël (j’espère que vous le saviez déjà, ça, quand même !). Une connaissance parfaite de sa cible est l’une des principales clés de la réussite de son entreprise. Définissez votre client idéal (tranche d’âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle, revenus, situation familiale, lieu de vie, hobbies, ce qu’il lit, ce qu’il écoute comme musique, où il sort pour se divertir…) et ne vous adressez qu’à lui dans vos communications. Votre marketing doit lui parler à lui et à lui seul. Alors vous pourrez capter la seule audience qui sera prête, et même heureuse, de payer pour ce que vous proposez. Un client qui se sent compris est un client fidèle.

Si vous avez déjà expérimenté l’une de ces erreurs, ou si vous en connaissez d’autres, partagez votre expérience en commentaire !

Photo d'illustration : Andre Neel - Unsplash

Besoin d’aide pour faire décoller votre entreprise ? contactez-moi avec ce formulaire :

Merci de m'avoir lue ! Vous pouvez partager cet article à l'aide de ces boutons