Aujourd’hui, j’ai fait euthanasier un chat que je ne connaissais pas.

J’étais chez mes parents, comme tous les dimanches. Un chat très mal en point est entré dans le jardin, s’est couché à côté de la gamelle – pleine – de notre chien, sans même y prêter attention. 2 jours plus tôt, il nous avait déjà rendu visite et nous l’avions nourri, il paraissait moins abimé. Mais aujourd’hui, il a mis ses derniers efforts dans le franchissement de la clôture. Pourquoi est-il venu chez nous ? Nous ne le saurons jamais.

Pas sauvage, il s’est facilement laissé attraper et mettre dans une caisse de transport. Direction la clinique vétérinaire. En dimanche. Personne sur place, j’appelle le vétérinaire de garde, il sera là dans 20 minutes. Constatant son état manifeste de fin de vie, nous décidons d’abréger ses souffrances. D’après le docteur, le chat aurait été victime d’un automobiliste. Ses organes ne se trouvaient plus là où ils devaient être, la pauvre bête ne pouvait plus s’alimenter depuis sûrement longtemps déjà.

Mettre fin à l’agonie d’un animal est un choix difficile. D’autant plus que les animaux se plaignent peu de la douleur. Contrairement aux humains qui geignent pour un ongle retourné ou un rhume, les animaux montrent peu leur souffrance. Ils préfèrent se cacher pour mourir discrètement.

J’avais prévu l’écriture de cet article depuis quelques semaines déjà (mode procrastination : activé), mais ce funeste hasard me pousse enfin à le faire. Qu’est-ce que cela vient faire sur le blog d’une graphiste, me direz-vous ? Ceux qui me connaissent savent que je suis une grande amoureuse des animaux, une vraie (crazy) cat lady.

Moi bientôt

Il y a d’ailleurs des gens assez bizarres pour me le « reprocher ». Et c’est après l’une de ces improbables discussions que j’ai réalisé que Jean Cocteau avait raison : « Ce qu’on te reproche, cultive le, c’est toi ».

C’est cette réalisation qui m’a poussée à mettre plus de chats dans ma vie. Dans ma vie professionnelle, en tout cas, parce qu’à la maison, Wino et Ceccè sont pour l’instant bien assez.

Comment aider les animaux, donc.

J’ai commencé cet article avec l’euthanasie, mais fort heureusement, ce n’est vraiment que la plus extrême des solutions.

Il y a deux valeurs fondamentales, dans notre société, que sont le temps et l’argent. On a tous l’habitude d’échanger la première contre la seconde (et oui, votre job, 7 heures par jour, vous croyez que c’est quoi, sinon du troc ?).

Pour aider les animaux, c’est à peu près la même chose. On peut donner soit de son temps, soit de son argent.

Si on a du temps…

Les associations d’aide aux animaux sont toujours en manque de bras. Elles sont généralement faciles à trouver et à contacter pour se porter volontaire.

Ce que l’on peut y faire :

  • Trapper les chats errants afin de les faire stériliser et/ou soigner ;
  • Mettre en place des « opérations caddie » dans les supermarchés (on demande l’autorisation desdits supermarchés avant bien entendu) ;
  • Tenir un stand de vente d’objets / vêtements / gâteaux / etc. lors de foires ou de marchés ;
  • S’occuper des réseaux sociaux d’une association : diffuser les photos des animaux à adopter, les cagnottes en cours pour payer les frais de vétérinaire, encourager les adhésions, recruter de nouveaux bénévoles…
  • Organiser des événements dont les bénéfices seront reversés à une ou plusieurs associations : courses / trails, brunch, sortie pédagogique, visite patrimoniale…
  • Construire des abris pour animaux, lorsqu’une association dispose de terrains sur lesquels accueillir les chiens, chats et autres NAC ;
  • Proposer bénévolement vos services professionnels : création de site internet, photographie (de belles photos aident énormément à faire adopter les animaux abandonnés), création graphique (affiches, flyers, calendriers, objets divers…)
  • Prendre part à des manifestations : contre la corrida, contre les cirques avec animaux, contre l’expérimentation animale…
  • Partager des pétitions en ligne (après les avoir signées évidemment) ;
  • Devenir famille d’accueil : vous profitez du bonheur et de la joie qu’offre un bébé chat, le temps de lui trouver sa famille pour la vie, et vous libérez ainsi une place pour un autre animal en détresse. Généralement, les associations fournissent la nourriture et les soins dont l’animal pourrait avoir besoin, cela ne vous coûte donc rien du tout. Il y a aussi les animaux en « échec d’adoption » que la SPA place dans des familles d’accueil jusqu’à leur décès, tout en restant leur propriétaire. Plus d’infos ici.

Vous pouvez aussi, et cela demande excessivement peu de temps, donner d’anciens vêtements, des livres, des jouets, qui seront vendus au profit de l’association, ainsi que des objets destinés aux animaux directement : couvertures, plaids, laisses, bacs à litière, etc.

D’autre part, la protection animale a depuis peu investi la scène politique. Lors des élections législatives de 2017, le tout jeune parti Animaliste a pu présenter des candidats un peu partout en France. Avec des moyens très limités, leur présence a quand même été très remarquée. Encore une façon gratuite et rapide de faire quelque chose pour les animaux : un vote ! Vous pouvez aussi aider à coller les affiches 😉

 

Si on a de l’argent…

Là, c’est tout de suite plus simple. Je ne vais pas vous faire un dessin. Je vous rappelle juste que les dons à des associations d’utilité publique peuvent vous permettre de payer moins d’impôts. Tout est expliqué ici.

Il y a aussi de nombreuses cagnottes en ligne organisées par les associations lorsque les factures vétérinaires deviennent trop lourdes, notamment.

 

Solutions alternatives

Vous avez besoin de faire appel à un prestataire de services ?

Essayez d’en trouver un qui est lui-même impliqué dans la cause animale. En aidant les aidants, on aide aussi les animaux. Pour vous, cela ne change rien, mais cette simple action peut représenter plus de moyens pour une association. Il n’y a pas de « petite » action, si ce n’est celle qu’on ne prend pas.

 

Que faire pour aider les animaux quand on n’a ni temps, ni argent ?

En changeant quelques habitudes, vous pouvez aussi, simplement:

  • Diminuer votre consommation de viande et de produits laitiers ;
  • Éviter les cosmétiques testés sur animaux (liste de produits « cruelty free » ici) ;
  • Dire non à tous les produits contenant de l’huile de palme, pour que les orang-outans n’aient plus à se battre contre des bulldozers ;
  • Choisir des vêtements sans fourrure, pour qu’on fiche un peu la paix aux coyotes et aux renards (je suis sympa je ne vous mets pas de vidéo de ce qu’on leur fait subir pour agrémenter des capuches. Torturer des animaux pour des CAPUCHES. C’est ridicule).

 

Enfin, pensez aux petits gestes accessibles à tous, au quotidien : donner de l’eau aux animaux qui vivent dehors ou encore nourrir un oiseau tombé de son nid, comme le faisait souvent mon papa ❤ :

Et bien sûr, adoptez, n’achetez pas ! Un animal n’est pas une marchandise, un objet, un meuble. C’est un être vivant et sensible, comme vous.

J’espère avoir couvert le sujet aussi largement que possible, et je vous invite à proposer vos idées pour aider les animaux en laissant un commentaire ci-dessous.

Merci de m'avoir lue ! Vous pouvez partager cet article à l'aide de ces boutons