Toujours pas de liaison directe entre la Corse et la capitale du pays le plus proche, tant pis, il reste le bateau et le train ! C’est un peu long, c’est sûr, mais c’est le prix à payer pour retourner à Rome… Ma 2e fois dans cette ville qui m’avait enchantée quelques années plus tôt. Et puis, l’Italie, c’est toujours une bonne idée. Je m’y sens comme à la maison.

Mais ce voyage printanier n’est pas du au hasard. C’est le concert de la chanteuse américaine Lana del Rey qui m’y amène.

Basée à côté du Vatican, j’avais accès à l’une des 2 seules lignes de métro de la ville, ce qui a un côté pratique indéniable. En revanche, ce quartier hautement touristique devient vite infernal lorsqu’il faut y traverser chaque jour des hordes de visiteurs et, surtout, de vendeurs de billets de musée, de fleurs, de billets de bus… Le bain de foule quotidien, ce n’est pas mon truc. Je ne suis pas freelance pour rien.

Le Vatican et ses musées, son Pape (que j’ai vu, de loin, lors de la messe), sa Basilique, sa Place légendaire, sa chapelle Sixtine…

Plus au sud de la ville, il y a un endroit infiniment plus calme et peu fréquenté des touristes, le quartier moderne de l’Eur. On y trouve un parc avec un lac et le Giardino delle Cascate. On peut y faire du pédalo, du water polo, de l’aviron, du paddle… Dépaysant et féérique !

Un peu plus au nord se trouve le Palazzo della Civiltà italiana, dont la construction commença dans les années 1930 avant d’être interrompue par la guerre.

Côté chats, je suis un peu déçue. Rome est connue pour être une ville très féline, avec une communauté de chats importante et très protégée. Ils y sont considérés comme des citoyens à part entière. J’ai donc visité les lieux où ils sont censés se trouver : lago di Torre Argentina, où fut assassiné Jules César, ou encore le Colisée, réputé pour abriter environ 200 individus… Et pourtant : pas une moustache en vue !

Parmi les choses à découvrir à Rome, je retiendrai :

  • La « pinsa romana », plat qui peut s’apparenter à la pizza, sauf qu’ici la pâte à base de riz et de soja est beaucoup plus légère (un délice !) ;
  • Le quartier du Trastevere, avec le passage obligé pour les Corses, la basilique San Crisogono ;
  • L’Eur et son fabuleux parc.

Adolescente, j’ai commencé un travail sur ma généalogie. Je me suis découvert un arrière-grand-père maternel, Ferdinando Pasqualone, originaire de Rocca di Mezzo, à côté de l’Aquila, en Abruzzo. Situé à environ 2 heures de Rome en voiture, je me suis dit que c’était l’occasion de visiter ce village de montagne. J’ai même pu continuer mes recherches généalogiques grâce au gentil monsieur de la mairie !

L’occasion aussi, pour le ventre sur pattes que je suis, de découvrir les gnocchi lisses et une façon originale de déguster des chips : saupoudrées de parmesan ❤

Enfin, parce que même loin de chez moi, je reste une graphiste, je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer, sur un marché, un sac imprimé avec une grosse faute, et, sur une voiture, un logo qui me disait vaguement quelque chose… 😉 #plagiat

PDF GRATUIT

Les bases de la communication visuelle

Développez votre entreprise en apprenant à communiquer efficacement
TELECHARGER MAINTENANT
Merci de m'avoir lue ! Vous pouvez partager cet article à l'aide de ces boutons